Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Contexte

Le Togo est confrontée à une dégradation rapide des ressources et écosystèmes naturels, phénomène qui est la cause de problèmes environnementaux majeurs : changements climatiques, déforestation/déboisement, dégradation de la couverture végétale, dégradation des sols, destruction des aires protégées et de la faune, et dégradation du cadre de vie.

Pour résoudre ces problèmes, en décembre 1998, l’Etat Togolais s’est doté d’une Politique Nationale de l’Environnement (PNE). Les orientations de la Politique Nationale de l’Environnement intègrent les aspects environnementaux dans les stratégies, projets et programmes de tous les secteurs du développement national. Une des orientations stratégiques de cette politique est le renforcement des capacités en matière de gestion de l’environnement.

En juillet 2001, le Plan National d’Action pour l’Environnement (PNAE) est adopté. Ce plan constitue le texte de référence et permet d’accroître l’efficacité de l’application de la politique environnementale nationale, notamment par la prise en compte de la dimension environnementale dans un cadre transversal et intersectoriel. La traduction opérationnelle du PNAE s’est faite par la formulation du Programme National de Gestion de l’Environnement (PNGE).

Les études réalisées depuis l’élaboration du PNAE, et des documents comme le « Bilan de la mise en œuvre des Accords Multilatéraux sur l’Environnement (AME) au Togo »,’ élaboré en 2007, dans le cadre du ‘Projet Autoévaluation Nationale des Capacités à Renforcer pour la Gestion de l’Environnement Mondial (ANCRGEM) soulignaient l’importance du problème des faibles capacités humaines en gestion de l’environnement. Le traitement de la question du renforcement des capacités des différents acteurs du domaine environnemental est donc conçu comme prioritaire dans les contextes décentralisés où l’on constate notamment :

- un important déficit de synergie, de complémentarité et de coordination entre les actions des services techniques de l’Etat et les autres intervenants, notamment les ONG ;

- l’absence ou les déficits de fonctionnement des cadres de concertation intersectoriels locaux, qui se traduisent par une dispersion des efforts de développement, au détriment d’une approche coordonnée, intégrée et programmée des actions dans le temps et dans l’espace ;

- un déficit de préparation, de compétences et de coordination des acteurs en vue de la gestion décentralisée et locale des ressources et des stratégies de développement ;

- un risque élevé à terme de voir les ressources naturelles mises à contribution dans le cadre de la décentralisation en vue d’assurer l’autonomie financière des communes ;

- une subsidiarité des collectivités territoriales qui n’est pas concrétisée sur le terrain.

En réponse à ces problèmes, la République du Togo et la Commission Européenne ont signé, le 23/02/2009, une convention de financement (n°TG/FED/2008/O20-936) d’un montant de cinq (5) millions d’euros et d’une durée de 72 mois pour la mise en œuvre d’un Programme Nationale d’Actions Décentralisées de gestion de l’Environnement (PNADE). Ce programme est financé par le 10ème Fonds Européen de Développement (FED) de l’Union Européenne.

Le PNADE s’intègre dans le Programme National d’Investissements pour l’Environnement et les Ressources Naturelles (PNIERN) qui n’est autre qu’une version améliorée du PNGE. Il constitue une initiative de bonne gouvernance locale et de gestion durable et est un projet pilote de renforcement des capacités des acteurs étatiques et non étatiques qui vise à stimuler l’innovation, l’apprentissage et la mise en place de nouveaux modes de gestion des ressources naturelles et de l’environnement dans un contexte de décentralisation.

Plus dans cette catégorie : Cadre de Mise en Oeuvre »

Nos Evenements

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x